ÉDITO
 
 

Pour bien démarrer cette année 2019, la SoFOG vous propose pour son premier numéro de l'année quatre nouveaux articles et des actualités en onco-gériatrie.

Par ailleurs les coordonnateurs des UCOG se sont associés à l’INCa pour participer à son séminaire d’échanges sur la cancérologie des personnes âgées et nous souhaitions partager cette expérience.

Nous finirons par nos traditionnels actualités avant de vous souhaiter à toutes et à tous nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année

Les membres de la commission communication de la SoFOG

 

 
LES ACTUS DE LA SOFOG
 

RETOUR D'EXPéRIENCE DES UCOG
 
 
 

Les coordonnateurs des UCOG ont, le 11 décembre 2018, répondu à l’invitation de l’INCa pour participer à son séminaire d’échanges sur la cancérologie des personnes âgées. Nous étions une soixantaine, gériatres, oncologues et coordonnateurs non-médicaux d’UCOG. 

En savoir plus
CANCER ET PERSONNES âgées
 
 
 
Vous êtes impliqué(e) dans la prise en charge et les soins aux personnes âgées ayant un cancer ? Rendez-vous le jeudi 25 avril au Centre des Salorges de la CCI de Nantes pour l’édition 2019 de la Journée nantaise de formation en oncogériatrie, organisée sur le thème « CANCER de la femme âgée et nutrition ».
En savoir plus

“RETOUR SUR LA JOURNÉE SCIENTIFIQUE DIALOG”

La journée scientifique DIALOG qui a eu lieu le mercredi 12 décembre 2018 à la cité universitaire a rencontré un fort succès avec plus de 80 participants

En savoir plus


 
LA SOFOG a lu pour vous
 

“FACTORS ASSOCIATED WITH FALLS IN OLDER ADULTS WITH CANCER : A VALIDATED MODEL FROM THE CANCER AND AGING RESEARCH GROUP.”

L'objectif de ce travail était d'établir un score permettant de prédire le risque de survenue de chute chez les patients âgés et ayant un cancer. Dans cette étude transversale, les données de deux cohortes évaluant la toxicité des médicaments cytotoxiques ont été utilisées. Une cohorte dite "development cohort" compte 498 patients. La seconde, "validation cohort" en compte 250. Le critère retenu était la survenue d'au moins une chute au cours des 6 derniers mois. Au sein de la première cohorte, 18% des patients ont présenté une chute. Les 9 variables qui y étaient associées étaient l'IADL, la sensation d'instabilité, un score de plus de 13,5 secondes au Timed get Up and Go test, l'existence de troubles thymiques, certaines prises médicamenteuses (inhibiteurs sélectifs de recapture de la sérotonine, benzodiazépines, inhibiteurs de la pompe à protons), la prise quotidienne de plus de 3 médicaments et une insuffisance rénale décrite par un début de filtration glomérulaire inférieur à 30ml/min. A l'aide de ces items, un score est établi entre 0 et 16. Si score est égal ou supérieur à 7, le risque de chute est multiplié par 2. Il faut cependant noter que cette étude n'évaluait pas l'état nutritionnel des sujets, l'existence de localisations cérébrales ou encore l'existence de neuropathies chimio-induites !

TM. Wildes, RJ. Maggiore, WP. Tew, D. Smith, C-L. Sun, H. Cohen, SG. Mohile, A. Gajra, HD. Klepin, C. Owusu,  CP. Gross, H. Muss, A. Chapman, SM. Lichtman, V. Katheria, A. Hurria on behalf of the Cancer and Aging Research Group. Supportive Care in Cancer, 2018; 26(10):3563-3570

En savoir plus

“Value of geriatric screening and assessment in predicting postoperative complications in patients older than 70 years undergoing surgery for colorectal cancer.”

Cette étude s'est intéressée à l'impact du dépistage gériatrique et de l'évaluation gériatrique dans la prédiction du risque de complications post-opératoires à 30 jours post-opératoires chez des patients âgés bénéficiant d'une chirurgie pour un cancer colorectal. Cette étude prospective menée entre 2009 et 2015 a inclus 190 patients âgés de 70 ans et plus. Ils bénéficiaient d'un dépistage par le G8 et par la version flamande du TRST. Lorsque le G8 était égal ou inférieur à 14/17, les patients bénéficient d'une évaluation gériatrique approfondie. Les complications post-opératoires étaient côtées selon la classification Clavien-Dindo (CD). Le critère d'évaluation principal était la survenue de complications égales ou supérieures à 2 de cette classification. Dans 78 cas (41,1%), une complication CD > ou égal à 2 était observée à J30. Les variables qui y étaient associées en analyse univariée, étaient l'âge, le score au G8, le score PS, la localisation de la tumeur et l'approche chirurgicale. La mortalité à J30 était de 1,6%. Seuls l'âge du patient et l'approche chirurgicale apparaissaient comme des facteurs prédictifs indépendants.

K. Fagard, J. Casaer, A. Wolthuis, J. Flamaing, K. Milisen, JP. Lobelle, H. Wildiers, C. Kenis.

Journal of Geriatric Oncology, 2018; 8: 320-327.


En savoir plus
“Alterations in comprehensive geriatric decrease survival of elderly patients with cancer”

L' évaluation gériatrique approfondie (EGA) est recommandée pour les patients âgés atteints de cancer. 

L'objet de cette étude était d'estimer l'association indépendante de chaque domaine de l'EGA à la survie globale des patients de la cohorte Oncodage. 

Dans cette cohorte de 1264 patients dont 70% de femmes, l'âge moyen était de 78 ans. 

Le suivi médian était de 5,2 ans. Au total, 446 patients sont décédés. Chaque domaine de l'EGA altéré a eu un effet néfaste sur la survie. 

On retrouve ainsi le statut nutritionnel qui avait des effets variables dans le temps, et notamment des taux de mortalité plus élevés s'il n'était modifié que dans les trois premières années de suivi.

Un état psychologique ou neurologique et une mobilité altérés étaient associés à un taux de mortalité plus élevé, comme l'existence de plus de 4 comorbidités


M. Frasca, P. Soubeyran, C. Bellera, M. Rainfray, K. Leffondre, S. Mathoulin-Pélissier for the oncodage group. 


European Journal of Cancer, 2018; 90: 10-18

EN SAVOIR PLUS

“PRETTY FIT AND HEALTHY : THE DISCUSSION OF OLDER PEOPLE IN CANCER MULTIDISCIPLINARY MEETINGS.”  

Ce travail part du constat que le langage utilisé dans les réunions de concertations pluridisciplinaires (RCP) peut influencer les décisions de traitement, mais qu'il a fait l'objet de peu de recherche. Cette étude australienne portait 20 RCP suivis pendant 12 semaines et ayant concerné 71 patients âgés de plus de 70 ans. Il a été procédé à une analyse thématique qualitative pour examiner le texte. Les items non oncologiques décrits étaient l'âge, les comorbidités et les descriptions générales. Concernant l'âge, il faisait partie de la description introductive des patients. Il était également évoqué plus tard dans les discussions suggérant que l'âge contribuait aux recommandations de traitement. Les comorbidités étaient énumérées de manière exhaustive, en utilisant la terminologie médicale et les abréviations. Enfin, s'agissant de la description générale, les facteurs associés aux patients autres que les comorbidités ont été décrits avec des termes non spécifiques. Une large gamme d'adverbes potentiellement ambigus accompagnait souvent les descripteurs généraux. Lorsque les informations personnelles étaient présentées, elles fournissaient une description plus objective de la fonction physique. Les auteurs constatent que contrairement à la terminologie médicale utilisée pour décrire les comorbidités, des indications et descriptions générales non spécifiques, tels que "fit", "well" et "good" ont été utilisés pour décrire d'autres aspects. Les adverbes, comme "very", "pretty" et "quite" accompagnaient souvent les descriptions. De plus, l'intonation et le contexte, souvent subtils, associés à ces adverbes ont eu des significations très différentes. Des descripteurs généraux non objectifs et potentiellement ambigus ont été couramment utilisés pour englober la description des patients pour les aspects non oncologiques en RCP. Pour les auteurs, ces éléments de description peuvent avoir le potentiel d'influencer les recommandations de traitement.

HP. Lane, SA McLachlan, JAM Philip. J Geriatr Oncol. 2018 Jun 20. pii : S1879-4068(18)30078-X. doi : 10.1016/j.jgo.2018.06.001. [Epub ahead of print]

En savoir plus



 
LES membres de la commission communicatioN       
 
Capucine BALDINI
Leila BENGRINE
Rabia BOULAHSSASS
Véronique BOURCY
Philippe CAILLET
Romaine CORRE
Tristan CUDENNEC
Jean-Yves NIMIER
Frédéric PAMOUKDJIAN
Simon VALERO